Accueil » Événementiel et loisirs » Enjeux réglementaires, sanitaires et économiques de la filière « Événementiel et loisirs »

Enjeux réglementaires, sanitaires et économiques de la filière « Événementiel et loisirs »

par Réseau
3,4K Vues

Les enjeux réglementaires et environnementaux

LE CADRE RÉGLEMENTAIRE

La filière « événementiel et loisirs » est encadrée par une variété de lois ou dispositions textuelles de la conception à la réalisation. 
Au-delà des enjeux de sécurité qui leur sont propres, de plus en plus de réglementations invitent à penser en amont l’éco-conception pour limiter les impacts environnementaux liés à la production de déchets, au gaspillage alimentaire, aux goodies, aux décors et installations difficilement recyclables, etc. La loi AGEC de février 2020 encourage la responsabilisation du secteur événementiel qui doit faire évoluer son modèle actuel pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui : 

Réduire le déchet à la source pour éviter les contraintes de gestion
des déchets

C’est aux organisateurs de chaque salon (et non au propriétaire de l’ERP) de prendre en charge la gestion des déchets, ce qui peut être un parcours du combattant car le montage et le démontage d’un événement se fait dans une fenêtre de temps très serrée. La récurrence et la constance du parcours de tri est aussi difficile étant donné que le format, l’organisation et l’espace peuvent varier d’un évenement à l’autre. Réduire un maximum les déchets produits à la source, c’est donc du temps de gagné !

Les ERP et les locaux à usage professionnel desservis par un réseau d’eau potable, ont l’interdiction de mettre à disposition gratuite des bouteilles en plastique contenant des boissons.

                                                    – Loi AGEC

Répondre à des exigences
réglementaires et commerciales

Les critères « RSE et développement durable » se font de plus en plus nombreux dans les appels d’offres ou les contrats de partenariats. Que ce soit une exigence vis à vis de la norme ISO 20121, une justification du respect du tri des déchets par flux, ou encore un élément comparatif vis à vis du bilan carbone, anticiper ces exigences avant vos concurrents ne pourra que vous être bénéfique sur le long terme.

Les gens, en particulier
les jeunes, n’ont plus peur du vert. Les festivals qui ne prêtent pas attention au développement durable risquent d’être pointés du doigt.

Jean-Claude Herry,
fondateur du cabinet Herry Conseil

La présence de sponsors dans la filière évènementielle et loisirs constitue un enjeu économique et décisionnel dans votre transition vers le zéro plastique à usage unique. Privilégiez le dialogue avec l’ensemble de ces acteurs pour co-construire une action durable.  

Les enjeux économiques et d’image

Les valeurs deviennent un réel outil de communication auprès de nouvelles entreprises qui sont prêtes à financer la tansition. Elles peuvent apporter le financement que les entreprises perdent lorsqu’elles renoncent à des contrats avec des fournisseurs ou sponsors qui iraient à l’encontre de leur transition.

 

– Mathieu Delahousse, co-fondateur de Secoya Eco-tournage

S’aligner et se distinguer
de ses partenaires,
ou concurrents

La naissance de nouveaux festivals ou événéments « éco-friendly », « éco-responsable » ou encore « zéro déchet » est le symptôme d’une quête de sens de la part d’un public parisien et étranger. Les grands événements, foires ou salons sont aussi concernés car ils sont pour beaucoup un lieu de découverte et d’expérimentation, pour repartir avec des bonnes idées et parfois des premiers contacts de fournisseurs ou partenaires engagés.

Les attentes
et comportements
des spectateurs évoluent

Les enjeux sociétaux et environnementaux sont dorénavant des critères essentiels dans les choix de consommation. La communauté «Sport» est particulièrement regardante sur les pratiques des organisateurs : 35% des sondés, d’une étude commandée par Havas Sports & Entertainment auprès de CSA, attendent que les organisations suppriment le plastique. 

Un café standard (dosette et petit sachet de sucre compris coûte 0,62€ le café soit 62€ pour 100 café alors qu’un café zéro déchet (en machine et une cuillère de café) revient à 0,11€ soit presque 6 fois moins cher.

0 %
des sondés de la communauté "sport" seraient prêts à boycotter une marque si elle devait ignorer les aspects sociaux et environementaux.

 

UN A PRIORI À REPENSER

Il n’y a pas forcément un surcoût lorsque l’on décide de transformer son organisation. 

Le surcoût est majoritairement lié à la phase de transition qui demande de nouveaux investissements ainsi qu’une organisation logistique plus adaptée. Les efforts requis durant cette période seront récompensés par la suite car, lorsque la solution est mise en place, le gaspillage est drastiquement réduit tout comme les dépenses quotidiennes. Il est important d’adopter une vision long terme car les économies seront plus importantes.

À PROPOS

Ce site est dédié aux professionnels parisiens désireux d’agir concrètement en faveur de la sortie des plastiques à usage unique. La démarche est gratuitement proposée par la Ville de Paris, et animée par Circulab.

Copyright © 2024 Circulab